Récit de voyage

La Chine.. si grande, si belle !

Arrivé à Pékin, un nouvel air nous effleure le visage. Un sentiment de sécurité, ça nous change de la Tanzanie..

Ne parlant pas le mandarin, il a été difficile de nous repérer dans cette si grande ville. Mais heureusement, cette difficulté n’a pas duré. Les gens sont toujours prêts à vous aider, âgés ou non.

Il y a tant de choses à faire ici, de la Grande Muraille, en passant par la Cité Interdite, on ne risquait pas de s’ennuyer.

Après Pékin et quelques villes en aval, nous sommes arrivés à Jiuzhaigou où nous avons été visiter un magnifique parc au milieu des montagnes (Jiuzhaigou valley).

P1000896.JPG
Étant un petit village avec seulement une route principale, nous avons décidé de commencer à faire du stop pour rejoindre Zhangjiajie. Et ça s’est plutôt bien passé ! Après seulement deux heures d’attente au bord de la route, un automobiliste s’est arrêté et par chance, il devait se rendre à Chengdu.

Sept heures de route plus tard, nous sommes arrivés au lieu dit. Il était 20h du soir, et plutôt que de chercher après une auberge de jeunesse en pleine nuit, nous avons décidé de planter notre tente dans le parc de la ville. Content que l’auto stop se soit si bien passé, nous sommes prêts à recommencer. Nous avions encore pas moins de 902 Km à parcourir..

Comme toutes les villes en Chine, Chengdu est immenseChengdu.jpg, alors pas facile de se poster à la bonne place car il y a plusieurs routes qui rejoignent Zhangjiajie. On avait rencontré deux jeunes étudiantes qui nous sont venues en aide, elles nous ont donné une pancarte avec comme inscription en chinois «aidez nous à rejoindre, Zhangjiajie, nous n’avons pas d’argent». Nous sommes restés toute une journée à tourner dans la ville et à attendre « la » voiture qui nous avancerait un maximum, mais en Chine l’auto stop n’est pas courant, et les gens ne s’arrêtent pas si facilement.. Pour finir, nous avons dû planter la tente à coté d’une habitation après leurs avoir demandés s’ils étaient d’accords.

Le jour suivant, enfin, une voiture nous a chargé ! Un homme très sympathique, roulant dans une grosse cylindrée, le confort était présent à bord. Deux heures plus tard, il nous a déchargé au péage de Neijang. Le problème.. Impossible d’en partir. Nous sommes désespérés avec notre pancarte et cette chaleur de plus de 30°. Deux policiers de la route sont alors arrivés, nous avions peur de leurs réactions du faite que nous pensions que le stop était interdit en Chine.. Mais pas le moins du monde, ils ont décidé de nous aider et pour se faire, ils arrêtaient les voitures en leurs demandant de nous prendre si elles allaient dans la direction de Zhangjiajie ! Du jamais vu ! Mais malgré tous leurs efforts, nous sommes restés au même point, ils n’ont pas eu d’autre choix que de contacter la police de la ville de Neijang pour trouver une solution.

Direction le poste de police. Nous y sommes restés pas moins de deux heures, les policiers ont pris nos passeports et ils n’avaient pas l’air pressé de nous les rendre. D’autres policiers plus haut gradés les ont rejoins. On s’est posé plein de questions, est-ce qu’il y a un problème avec nos passeports ? Risquons-nous des problèmes ou une amende pour avoir fait du stop à un péage ? Nous n’étions vraiment pas à l’aise..

Finalement, après nous avoir posé plein de questions au sujet de notre présence au péage et de cette étrange pancarte que nous transportions avec nous, ils ont décidé de nous aider eux aussi. Et pour se faire, et contre toute attente, ils ont pris la décision..de nous payer notre billet de train pour Chongqing, la prochaine ville en direction de Zhangjiaie !! Et pas question de prendre le bus ou autre pour se rendre à la gare, c’est avec leur véhicule de fonction que nous y somme allés. Incroyable, même la police déborde de gentillesse et surtout de compassion envers les voyageurs étrangers.

 

Chongqing, et c’est reparti pour un tour..

Débarquement du train début de soirée, nous sommes allés dans une auberge de jeunesse où nous avons su négocier les prix, et avec notre pancarte, ça n’a pas été très difficile. La propriétaire nous a même offert le nettoyage de nos vêtements ! Le lendemain, nous avons recommencé le stop, motivés comme jamais. Quarante-cinq minutes plus tard, une dame s’est arrêtée. Nous avons tenté de lui faire comprendre de nous déposer au prochain péage en direction de Zhangjiajie, mais comme beaucoup de gens en Chine.. elle ne parlait pas anglais. Et une voiture arrêtée au milieu de la route en plein centre ville, il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’un agent de police nous rejoigne et nous demande de le suivre au poste..

Arrivé au poste, c’était comme si ils n’avaient jamais vu de voyageposte de police.jpgurs. Deux gros sacs à dos, un morceau de carton disant que nous n’avons pas d’argent mais que nous voulons nous rendre dans une ville à plus de 628 km, encore une fois, ils n’arrivaient pas à comprendre ce qu’on cherchait à faire. Ils nous ont donné des plats de nouilles instantanées, de l’eau et des biscuits, sympathique la police chinoise ! Une dame parlant anglais est arrivée, elle nous prenait en photo, nous filmait et nous posait plein de questions. Après s’être fait « plus ou moins » bien comprendre, ils nous ont expliqué que faire du stop était bien trop dangereux. Ils ont cherché après les moyens de transport les moins chers pour nous rendre à Zhangjiajie, et ils nous ont déposé à la gare où nous avons acheté nos billets et attendu le train qui arrivait quelques heures plus tard.

Après dix heures de trajet, nous voilà enfin arrivés à destination ! Nous nous sommes rendus dans une auberge de jeunesse où nous sommes restés plusieurs jours. Lors de notre séjour, c’est avec humour que le réceptionniste nous apprend que nous sommes passés dans la presse et dans le journal télévisé local de Chongqing ! Bien qu’il y avait beaucoup d’informations fausses et qu’ils nous faisaient un peu passer pour des clochards, ça nous a fait plutôt rire. On trouvait amusant que les chinois s’intéressent à deux jeunes belges voyageurs..

Quelques jours plus tard, surprise, nous voilà passés dans un journal local…de notre pays ! Petit bémol, passer pour des SDF en Chine passe encore, mais dans notre propre région, ça le fait moyen. Ceux qui nous connaissent ont bien dû rire !

Pour la suite, nous sommes partis en direction de Kunming faire nos visas vietnamiens puis à Hekou pour rejoindre cette nouvelle destination.

 

Une réflexion sur “Récit de voyage

  1. J’ai trouvé pour laisser un commentaire !!! La dernière fois ça devait pas tout bien marcher sur mon portable en fait c’est très simple… en tout cas continuez de vivre des choses aussi extraordinaires car ça nous diverti vraiment bien =) j’adore les photos policières =) évitez de finir en prison quand même =) la bise bonne route =)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s